Illustration flat design du Bitcoin expliqué à ma grand mère.

Le Bitcoin expliqué à ma grand mère, introduction pour les débutants.

Mis à jour le 24 décembre 2017 - 25 Commentaires - , , , ,

Vous avez forcément entendu parler du Bitcoin. Et j’en suis certain pour deux raisons : vous lisez cet article ; et même ma grand-mère a entendu parler du Bitcoin.

Et soyons sérieux, ma grand mère achète encore des chamonix. Elle n’est donc clairement pas encore rentrée dans le XXIème siècle. Si, par malchance, on change l’ordre dans lequel elle éteint sa télé d’habitude, elle peut rester bloquée devant l’écran « HDMI 1 » pendant 10 minutes…cer

Donc les choses sont simples : si ma grand-mère a entendu parler du Bitcoin, vous aussi.

NB : Ou alors, vous êtes mon arrière grand-mère, et j’ai quelques questions pour vous, du type « Il est enterré où le trésor ? », « Et alors, on a une bonne vue de là-haut ? » ou encore « C’était quoi la recette de ta confiture d’orange ? ».

Alors oui, ma grand-mère a entendu parlé du Bitcoin. Sauf que voilà, ma grand-mère n’y a rien compris. Pour elle, et pour beaucoup de gens, le Bitcoin, c’est nouveau, c’est compliqué, c’est virtuel et ça lui fait un peu peur. Bref, pour ma grand-mère, le Bitcoin, elle comprend pas et ça a l’air dangereux.

Sauf que voilà, le Bitcoin ça a l’air dangereux, d’accord, mais c’est aussi très à la mode. On en entend parler de plus en plus, les médias « traditionnels » y consacrent articles, débats et reportages, même France 2 en parle, et ma mamie, bah elle aime bien France 2.

Comme en plus ça représente potentiellement beaucoup d’argent… Forcément, ça interroge, ça interpelle, ça fait même, un peu, rêver. Ça a l’odeur de l’argent facile, le goût de la nouveauté et en plus, ça fait quand même vachement start-up nation.

Dans ma tête je me suis donc dit une seule chose : « Ce Noël, obligé, ça va parler Bitcoin pendant le repas de famille ».

Sauf que ça, bah c’est pas forcément une super bonne nouvelle pour moi…

Parce que, quand ma grand-mère aura fini d’expliquer le reportage qu’elle a vu à la télé.
Que mon oncle aura bien insisté sur le fait que « tout ça c’est virtuel, ça existe pas », mais aussi, évidemment, que « le bitcoin, ça sert à acheter de la drogue et des armes » (j’espère avoir, en bonus, une réflexion sur Linux et le darknet).
Que ma tante aura expliqué que « de toutes façons, moi, tout ça j’y comprend rien ».
Que mon autre oncle aura fait remarqué « qu’il se demande quand même si ça serait pas un bon placement ».
Que ma seconde tante aura fait remarqué que « machin en a parlé sur facebook et il a dit que, alors ça doit être vrai ».

Bref, quand tout le monde aura bien son avis et que personne ne voudra plus le remettre en question, ils vont se tourner vers moi et me demander en cœur : « Bon, toi qui est informaticien, t’en pense quoi du bitcoin ».

Homme en plein facepalm

La vie d’un informaticien est un mélange toujours surprenant de questionnements et de lassitudes… Et croyez moi, il faut un « s » à lassitudes.

 

Sauf que cette fois, je les ai vu venir les sagouins ! Je vais pas me laisser prendre au dépourvu, oh ça non.

Nous sommes le dimanche 17 décembre 2017, et à partir d’aujourd’hui, j’ai officiellement une semaine pour préparer mes armes, aiguiser ma plume, et écrire l’article parfait sur le Bitcoin : Le Bitcoin expliqué à ma grand-mère.

Une semaine pour écrire un article simple, compréhensible par tous, tellement précis et tellement complet qu’ils n’auront plus aucune question, qu’ils sauront exactement ce qu’est le Bitcoin.

Un truc qui leur permette de comprendre comment ça fonctionne, à quoi ça sert, ce que ça apporte, comment on peut en acheter, et surtout, en quoi le Bitcoin interroge notre rapport à l’argent et à l’information.

Que pour une fois ils comprennent que non, la vérité, ce n’est pas le reportage à la télé qui parle du Bitcoin comme un moyen d’acheter de la drogue, des armes ou de financer le terrorisme. Que tout ces soient disant experts des plateaux n’y comprennent rien, confondent, inventent, se trompent et trompent l’autre.

Bref, j’ai une semaine pour écrire un article qui, je l’espère, leur permettra à eux, et peut-être à d’autres, de comprendre réellement un sujet complexe, celui du Bitcoin, sans s’arrêter à sa surface. Un article suffisamment bon pour qu’il puisse devenir une référence sur le sujet, pour que quand une personne demande « c’est quoi le Bitcoin ? », une autre lui réponde « c’est ça« .

 

C’est long 7 jours… C’est cours une semaine…

 

C’est quoi le Bitcoin ?

Au début, j’avais pensé à faire un long article compliqué pour expliquer en détail ce qu’était le Bitcoin, comment il fonctionnait, etc. Pour résumer, un livre condensé en billet de blog. Seulement voilà, je trouvais le résultat trop compliqué, pas assez clair. Bref, un peu chiant…

Alors finalement, je me suis dit que le plus simple, si je voulais vraiment faire un article qui permette d’expliquer même à ma grand-mère ce qu’était le Bitcoin, et bien c’était de discuter avec elle, répondre à ses questions à elle, pour essayer de l’amener à comprendre mon monde à moi.

Dans la suite de cet article, je vous proposerai donc un dialogue, avec les questions posées par ma grand-mère et les réponses que je lui ai données (le tout un peu remis dans l’ordre, pour que ce soit logique et lisible).

 

C’est quoi ce Bitcoin dont tout le monde parle ?

Alors déjà mamie, le Bitcoin, c’est une monnaie, et pas un canard. Donc on dit « bite-cogne » (ce qui est très douloureux), et non pas « bite-coin » (ce qui n’est vraiment pas pratique).

Mais sinon, le Bitcoin, c’est ce que l’on appelle une crypto-monnaie. Ce n’est pas la seule, ni vraiment la première crypto-monnaie, mais c’est sans aucun doute la plus connue et la plus utilisée.

 

Une crypto monnaie ? C’est quoi ce machin ?

Une crypto-monnaie mamie, c’est une monnaie virtuelle, c’est à dire une monnaie qui ne possède pas de représentation physique et qui n’est pas garantie ni reconnue par l’état ou une autorité financière officielle. Ça veut dire que l’état ne reconnait pas de valeur réelle à cette monnaie, et que donc sa valeur est totalement spéculative.

Sauf qu’une crypto-monnaie, bah ça a aussi d’autres caractéristiques que n’ont pas forcément toutes les monnaies virtuelles. Il y a trois autres conditions pour être une cryto-monnaie.

D’abord, la monnaie doit être bilatérale. Ça veux dire que tu dois pouvoir acheter cette monnaie virtuelle avec une monnaie d’état (par exemple acheter du Bitcoin avec du Dollars), et que tu dois aussi pouvoir acheter une monnaie d’état avec cette monnaie virtuelle (par exemple acheter du Dollars avec du Bitcoin).

Ensuite, elle doit être distribuée. Ça veut dire que cette monnaie ne doit pas être émise ni régulée par une entité centrale, mais qu’elle doit être basée sur un réseau informatique décentralisé (on parlera généralement de réseau « Peer to peer », ou en français « pair à pair »), c’est à dire un réseau ou différentes personnes échangent directement entre elles, et où l’information est répartie et stockée sur l’ensemble de ce réseau plutôt que sur un point central.

Elle doit être sécurisée par un mécanisme de preuve de travail cryptographique. Ça veut dire que quand deux personne échangent la monnaie sur le réseau, pour être sûr que c’est sécurisé, les ordinateurs du réseau doivent effectuer de nombreux calculs très complexes et longs. Ça garantit qu’une personne toute seule (ou même une centaine de personnes) ne pourra pas créer de fausses transactions.

Schéma d'une architecture serveur et d'une architecture pair à pair.

Le Bitcoin est basé sur une architecture décentralisée, ou architecture « pair à pair », c’est à dire que les différents ordinateurs du réseau communiquent directement.

 

Et tu vois mamie, chacun de ces points est super important pour le Bitcoin !

Puisqu’il est bilatéral, on peut le vendre et l’acheter. Donc il possède un prix, ce qu’on appelle « une valeur d’échange » (pour faire simple, la valeur d’échange, c’est le prix auquel un bien s’achète et se vend). Comme en plus il est distribué, ça veut dire que personne ne peut modifier sa valeur ou sa quantité, donc il ne peut pas être régulé. Enfin, comme il repose sur une preuve de travail, il est parfaitement sécurisé et infalsifiable, sans avoir besoin qu’une seule personne le vérifie (ce qui garantit le point précédent).

 

C’est compliqué, tu peux pas faire plus simple ?

Bon mamie, pour résumer, le Bitcoin c’est une monnaie virtuelle, non reconnue par les états, qui ne repose sur aucun stock de matières premières, qui n’est pas régulée, pas falsifiable, et qui peut être achetée ou vendue contre une monnaie officielle.

Ah, oui, j’oubliais, le bitcoin c’est pas une monnaie électronique, parce que pour la loi, une monnaie électronique c’est juste de la monnaie normale (genre de l’Euro ou du Dollars), mais dans un ordinateur. Donc ça veut dire que c’est reconnu et régulé par l’état, pas comme le Bitcoin.

 

Qui a créé le Bitcoin, pour quoi faire et pourquoi tout le monde en parle ?

Mais du coup, si c’est pas l’état, c’est qui qui a créé le Bitcoin ?

Alors en fait personne ne sait vraiment qui a créé le Bitcoin.

 

À la télé je croyais que c’était un Japonais ?

Les médias aiment bien sortir un article tous les ans pour dire qu’ils « ont retrouvé l’inventeur du Bitcoin », mais en fait ils n’en savent rien du tout.

Officiellement, le Bitcoin ça a été créé par Satoshi Nakamoto (et on utilise encore son nom, Satoshi, pour définir la plus petite unité possible de Bitcoin, c’est à dire 1 cent-millionième de Bitcoin). Alors oui, comme ça on pourrait se dire, « c’est un Japonais »… Mais en fait non, parce-que Satoshi Nakamoto, en fait, c’est juste un pseudonyme.

Il y a plein de théories qui ont circulé, et plein de gens pensent qu’un tel ou un tel est Satoshi Nakamoto (je vais pas te faire la liste, mais il y a une page Wikipédia sur le sujet si tu veux chercher). Mais en vrai, personne ne sait, on est même pas sûr que ce soit vraiment un mec Satoshi Nakamoto, si ça se trouve, c’est genre un groupe qui se cache derrière une seule personne.

 

Mais du coup c’est pas dangereux si on sait pas qui a créé le Bitcoin ?

Non, en fait c’est pas dangereux pour deux raisons.

D’abord, Satoshi Nakamoto n’existe plus. Plus personne n’arrive à le contacter depuis genre 5 ou 6 ans, et il a décidé de disparaître. Et vu le que le type est quand même un putain de génie, on le retrouvera probablement jamais. Mais du coup, ça veut dire que lui il ne travaille plus sur le Bitcoin.

Ensuite, Satoshi Nakamoto, il a créé le Bitcoin, mais il a mis le code qui fait tourner la machine en « libre ». C’est à dire que tout le monde peut le lire et voir comment ça fonctionne.

Pour te donner un exemple, c’est comme si tu conduisais une voiture dont tu ne connais pas le fabricant, mais ou 10 autres fabricants mondiaux très sérieux ont pu démonter en entier la voiture, regarder chaque pièce, la remonter, et on dit « c’est bon, elle fonctionne super bien, y’a pas de risque ». Bah finalement c’est vachement plus sécurisé que de conduire une voiture dont tu connais le fabricant, mais ou les 9 autres ont pas pu vérifier.

Au lieu de croire la personne qui te vend la voiture (et qui donc a intérêt à te mentir pour que tu la prennes), tu crois les 10 autres personnes qui ont vérifié et qui n’ont pas de conflits d’intérêts.

 

Mais du coup, si personne le connait, on sait pourquoi il a créé le Bitcoin Satoshi machin ?

Satoshi Nakamoto, mais ça pour le coup ouais, on est quasiment certain de savoir pourquoi il a créé le Bitcoin.

En fait, si Satoshi a créé le bitcoin c’est parce qu’il n’aimait pas le fonctionnement de l’argent « normal ». En gros, il détestait que ce soit régulé par les banques et l’état. L’idée, c’est que comme on vit dans un monde où on a tout le temps besoin de l’argent, celui qui contrôle l’argent peut faire tout ce qu’il veut.

Déjà, si c’est l’état, c’est pas cool. Parce que ça veut dire que si tu vis dans une dictature, t’est totalement bloqué, tu peux pas t’enfuir, tu peux pas acheter de journaux d’opposition, tu peux rien faire. Mais si c’est les banques, c’est encore pire. Parce que ça veut dire que même en démocratie, en fait, c’est les banques qui peuvent décider de qui a le droit de créer un journal, qui peut se présenter aux élections, etc., parce que pour tout ça il faut de l’argent, et c’est eux qui contrôlent les comptes en banque.

 

Mais comment on sait que c’est pour ça qu’il a créé le Bitcoin ?

En fait, le Bitcoin, Satoshi n’a pas tout créé. Il s’est beaucoup appuyé sur un vieux truc qui s’appelait B-Money. B-Money, c’était une proposition de système monétaire anonyme, et qui a commencé à être diffusé dans les milieux cypherpunks (un peu comme les cyberpunks, mais pour la sécurité et les maths si tu veux). Et ce milieu, il est plutôt réputé très proches des mouvements anarchistes.

Du coup, on sait que Satoshi était un vrai fan de B-Money (il l’a dit aux gens sur les forums ou par mail), et des idées qui étaient derrière. Et ces idées là, on les connait bien, parce-que Wei Dai le créateur de B-Money, lui il en a largement parlé sur les forums en ligne, il écrit des articles, etc.

 

Donc en fait, le Bitcoin, c’est un truc d’anarchiste ?

Bof, oui mais non. En gros, quand ça a été créé, l’objectif du Bitcoin il était clairement philosophique et politique : créer un système monétaire parallèle, non régulé et potentiellement anonyme. La principale différence entre l’argent normal et le Bitcoin, c’était le côté distribué et la non régulation.

Du coup à l’origine, oui, c’était plutôt anarchiste.

Mais aujourd’hui, il faut bien avouer que l’aspect philosophique et politique du Bitcoin a beaucoup évolué. Je vais pas tout t’expliquer dans le détail, mais au fur et à mesure, quand il est devenu populaire, le Bitcoin a beaucoup perdu de sa philosophie initiale.

En gros, le Bitcoin aujourd’hui ça intéresse de plus en plus de monde, et plein de courants politiques différents se disent qu’il y a un gros coup à jouer. Tous les courants politiques voient dans le Bitcoin (et dans les crypto-monnaies en général) des opportunités, mais pas les mêmes.

Je vais un peu simplifier pour allez vite mamie, mais en gros pour l’instant ça se passe comme ça.

Pour la droite libérale, c’est l’occasion de mettre en place un système de libre concurrence parfaite.
C’est exactement ce qu’avait théorisé Adam Smith (le créateur du capitalisme), un système d’échange monétaire sans aucune régulation de l’état. Pour les libéraux, le Bitcoin c’est une occasion de créer un système financier ne reposant sur aucun stock physique (genre l’or), sans aucun contrôle, totalement dédié au trading et à la spéculation boursière et où seul l’offre et la demande déterminent le marché. Bref, c’est le marché totalement libre, géré par la théorie de « la main invisible ».

Pour la gauche, c’est l’occasion de sortir d’un système financier détenu par les grandes fortunes et les banques.
Du coup, c’est plus proche des idées de base, le Bitcoin serait un moyen d’assurer la liberté d’échange et donc d’information. Par exemple, c’est un moyen pour les journaux d’opposition ou les lanceurs d’alerte de se libérer du contrôle financier de l’état (par exemple, WikiLeaks propose de faire des dons en Bitcoin, parce que leur compte en banque classique a été bloqué par les grandes banques et les USA). Dans cette optique, le Bitcoin serait avant tout un moyen de créer un système financier parallèle plus démocratique.

Pour le centre et pour la majorité des personnes, c’est juste une nouveauté.
Pour la vaste majorité des acteurs, ils ne se sont pas encore intéressés vraiment au Bitcoin, ça leur fait un peu peur, parce qu’ils ne comprennent pas ce que c’est, mais c’est tout. Pour eux, le Bitcoin n’est pas porteur d’une espérance politique ou philosophique particulière. Il n’est rien de plus qu’un moyen techniquement novateur d’échanger de l’argent.
Par exemple, les banques y voient un moyen d’effectuer de façon sécurisée et plus rapide des virements bancaires, les particuliers un placement financier intéressant, les commerçants un nouveau moyen de paiement avec des frais potentiellement moins élevés que la carte bancaires, etc.

Donc tu vois, pour la majeure partie des acteurs, l’aspect anarchiste des premiers temps a totalement disparu.

 

Et toi t’en pense quoi ? Ça va donner quoi ?

En ce qui concerne le Bitcoin, moi je pense que pour l’instant il y a encore un peu des trois, mais que la première et la dernière sont en train de gagner. À mon avis, dans quelques temps le côté anarchiste aura totalement disparu du Bitcoin. Surtout que maintenant, le trading ça représente un très gros pourcentage des transactions de Bitcoin, et ça limite pas mal son utilisation en tant que monnaie. Et le reste, c’est beaucoup de l’épargne.

Par contre, il y a d’autres crypto-monnaies (par exemple le Monero), où la situation peut être différente, mais ces monnaies ne sont pas encore aussi populaires que le Bitcoin.

Bref, je pense que les idées derrières le Bitcoin ne vont pas simplement disparaître, parce que le Bitcoin a permis à d’autres monnaies de se créer, mais qu’elles vont disparaître du Bitcoin en lui même.

 

Parce-que il y a d’autres trucs que le Bitcoin ?

Hola oui ! Il y a des dizaines et des dizaines de crypto-monnaies autres que le Bitcoin. On appelle ça les Altcoins, pour Alternative Coins. Mais on va pas rentrer dans le détail maintenant, je t’expliquerai ça une prochaine fois d’accord, sinon on va s’y perdre.

 

D’accord. Mais alors pourquoi tout le monde parle du Bitcoin ? Et pourquoi les gens disent qu’il faut en acheter ? C’est parce que c’est nouveau ?

Non, en fait le Bitcoin c’est pas vraiment nouveau. Comme je te l’ai dit, le Bitcoin c’est inspiré de B-Money qui date de 1998. De son côté, Satoshi a commencé à travailler sur le Bitcoin en 2007, mais la mise en service officielle du Bitcoin date c’est 2009.

Donc le Bitcoin c’est pas vieux, ça c’est sûr, mais on peut pas dire que ce soit nouveau.

En fait, si on parle de plus en plus du Bitcoin, et si de plus en plus de gens veulent en acheter, c’est parce que son prix a augmenté de façon juste incroyable. Pour te donner un ordre d’idée, en 2016, sur l’année le Bitcoin est passé de 300€ à 900€ l’unité. Et en 2017, de 1000€ à 15000€…

Courbe d'évolution du Bitcoin depuis sa création montrant un emballement du marché depus 2017.

On peut clairement observer que depuis 2017 le prix du Bitcoin a subit une augmentation énorme en un temps particulièrement réduit.

 

Donc si tout le monde parle du Bitcoin en ce moment, c’est à cause de l’envolée des prix. Les profits potentiels sont absolument énormes, et les gens ont envie d’investir dans le Bitcoin parce qu’ils espèrent profiter eux aussi de cette augmentation des prix.

Le problème c’est qu’ils ne comprennent pas toujours comment fonctionne le Bitcoin, ni les cryptomonnaies de façon générale.

Après, ça se comprend aussi, des tels taux de rentabilité c’est du jamais vu. Pour bien comprendre la situation, imagine qu’une personne ait acheté fin 2016 pour 1000$ de Bitcoin. En revendant ce même Bitcoin aujourd’hui, cette personne toucherait plus de 17 000$, soit une rentabilité de 1700% ! Alors forcément, comparé aux 0,75% du Livret A…

Certains ont eu de la chance, ou ont senti le bon filon, et ont fait de gros profits dessus, jusqu’à devenir millionnaires. Alors les médias en parlent, le grand public commence à s’y intéresser, et beaucoup se demandent si ça ne vaudrait pas le coup d’investir dans le Bitcoin. Et toute une économie déjà implantée sur le secteur en profite pour prendre son essor et brasser beaucoup d’argent, ce qui entretient, pour le moment, cette augmentation des prix.

C’est pour ça qu’aujourd’hui, tout le monde parle du Bitcoin c’est devenu un marché totalement spéculatif, mais aussi incroyablement rentable, populaire, et potentiellement très risqué !

 

Le Bitcoin, est-ce que c’est dangereux ? Est-ce que c’est légal ? Est-ce que c’est une arnaque ?

Mais le bitcoin, c’est pas interdit ?

Bah non, pourquoi ça serait interdit ?

 

Bah je sais pas, c’est pas illégal ? Si c’est pas reconnu par l’état c’est pas autorisé par la loi, si ?

Non pas du tout mamie, le Bitcoin c’est parfaitement légal. Rien ne t’interdit (du moins en France), d’acheter, d’échanger, de détenir ou de vendre du Bitcoin.

Alors oui, l’état ne reconnait pas réellement le Bitcoin, mais pour autant il ne l’interdit pas. En fait, c’est encore assez jeune, et ça commence tout juste à être réglementé.

En France, on est soumis au droit européen, et dans le cas du Bitcoin on applique donc un arrêté de la Cour de Justice de l’Union Européenne, qui définie le Bitcoin comme un moyen de paiement, mais pas vraiment une monnaie.

Attend, je chope mon portable, je vais te trouver le texte exact… Voilà, l’arrêté il dit ça :

La devise virtuelle ‘bitcoin’ étant un moyen de paiement contractuel elle ne saurait, d’une part, être regardée ni comme un compte courant ni comme un dépôt de fonds, un paiement ou un virement. D’autre part, à la différence des créances, des chèques et des autres effets de commerce (…), elle constitue un moyen de règlement direct entre les opérateurs qui l’acceptent. – Cour de Justice de L’union Européenne, arrêt du 22 octobre 2015.

Donc tu vois, l’UE dit que le Bitcoin existe, et il ne l’interdit pas. Pour eux, c’est de fait un moyen de paiement, parce qu’il est utilisée par des acteurs (en gros des gens ou des entreprises) comme moyen de paiement. Et comme c’est un moyen de paiement, le Bitcoin n’est pas soumis à la T.V.A. Et attention, c’est pas non plus un compte bancaire, un livret d’épargne ou autre.

Et puis il y a un dernier point, le truc sur les chèques, les créances, etc. En gros, l’UE précise que le Bitcoin il est direct entre les gens, ce qui veut dire qu’il ne repose pas sur une banque (ce qu’on appelle un tiers de confiance).

En fait, elle est plutôt très bien foutue leur définition…

Il y a quand même un petit truc, je sais pas si t’a remarqué, mais ce texte parle spécifiquement le Bitcoin… Du coup, ça ne s’applique pas directement aux autres crypto-monnaies. Mais bon, je pense qu’un tribunal rendrait un jugement similaire pour un Altcoin en s’appuyant directement sur cet article.

 

Mais je croyais que le Bitcoin c’était utilisé pour acheter de la drogue, des armes, ou par les terroristes ? Ils en parlaient dans le reportage.

Ça mamie, c’est surtout une vielle légende qui a la vie dure. C’est pas parce qu’il le disent à la télé que c’est vrai, surtout quand on parle d’informatique…

Je ne vais pas te dire que le Bitcoin n’est jamais utilisé à des fins criminelles. Mais ça représente une toute petite partie de son utilisation, moins de 3 à 6% en 2016 d’après des stats du New York Times, et encore, ça a du très largement diminuer aujourd’hui avec l’ouverture au grand public et aux traders.

Ce monsieur a vraiment l’air de s’y connaître en Bitcoin, je veux dire, il a même des lunettes écailles de tortue. Y’a que les experts et mon ancien prof de philo qui en ont… et ça c’est pas mon ancien prof de philo…

 

En fait, si les reportages à la télé disent tout le temps que le Bitcoin sert à acheter de la drogue, à trafiquer des armes, ou a financer le terrorisme, c’est à cause d’un mélange de plusieurs choses :

  • Parce que la télé cherche à faire peur pour attirer le téléspectateur (on attire plus de gens en parlant des trafiquants de drogues qui utilisent le Bitcoin qu’en parlant des informaticiens qui construisent des logiciels compliqués en se basant sur le réseau)..
  • Parce que les « experts » invités sur les plateaux de télé n’y comprennent rien et qu’ils ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas.
  • Parce qu’il y a eu une sur-médiatisation de cas minoritaire mais plus vendeurs, comme le cas de SilkRoad (un truc de trafiquants de drogues en ligne).
  • Parce que les experts des plateaux télé (et les présentateurs/journalistes) confondent souvent le Bitcoin, le Darknet et les Hackers.
  • Parce que les experts, les journalistes et les présentateurs croient tous que le Bitcoin est intraçable.

Pour faire simple mamie, avant que le prix du Bitcoin n’explose, personne ne s’y intéressait à part les informaticiens et les chercheurs en économie. Donc les seules fois où on en parlait, c’était indirectement, si il était impliqué dans de grosses affaires qui font peur, type drogue, armes, terrorisme, etc.

C’est typiquement le cas de SilkRoad, un site internet hébergé sur le darknet (une sorte d’internet parallèle), et qui vendait de la drogue, des armes, et autres (mais surtout de la drogue). Comme le site avait besoin d’un moyen de paiement discret, mais qu’ils ne pouvaient pas utiliser l’argent liquide en prenant une commission, ils ont utilisé le Bitcoin.

Alors quand le site a été fermé par le FBI, le FBI l’a crié sur tous les toits (forcément, c’était une jolie victoire et une bonne occasion de faire de la propagande). Et les médias se sont emparés du sujet, ça mettait en avant la force des USA, la lutte contre la drogue, ça faisait peur aux gens et du coup ça faisait beaucoup d’audimat. Et forcément, ils ont parlé du Bitcoin ! Et voilà comment tu crées une réputation…

Plus tard, quand en France les « experts » des plateaux télé ont du donner leur avis sur le Bitcoin, ne connaissant pas le sujet (pourquoi d’ailleurs le connaîtraient-il, ce n’est pas leur métier), ils ont fait comme tout le monde, ils ont cherché « Bitcoin » sur Google.

Et plutôt que de lire des articles techniques, longs, compliqués et rédigés par des développeurs, des scientifiques et des utilisateurs, ils ont pris les articles les plus simples à comprendre. Ceux qui correspondaient le mieux à leur milieu social, à leurs idées, à ce qui, d’après eux, est une source fiable. En clair, ils ont lu les articles de presse, qui parlaient tous de l’affaire SilkRoad, de Darknet, des Hackers, de drogue, d’armes, voire (comme c’est le sujet du moment) de terrorisme.

À partir de là, leur avis était fait, « c’est nouveau, ça parle de drogue, c’est sur le darknet, c’est pas traçable, je comprend pas tout, ça fait peur, donc c’est dangereux ». Et ils ont donné leur avis sur les plateaux télé. Ils ont pris une affaire particulière, tout mélangé, extrapolé, sans approfondir la réflexion, ignorant purement et simplement les autres utilisations du Bitcoin, ou le fait que la grande majorité des trafics repose sur de l’argent « normal ».

Et une fois que la réputation est créée, il n’y a plus rien à faire.

À chaque nouvelle apparition du Bitcoin dans les médias, on cherche un expert à inviter et on prend ceux qui  ont déjà parlé du sujet. Ces experts deviennent rapidement les « experts du Bitcoin » aux yeux du public, mais aussi des journalistes ou producteurs, et ils alimentent encore plus ce cercle vicieux de désinformation.

Et voilà comment se lance une grande chasse aux sorcières, sans complot, sans forcément avoir de but précis, sans être organisée ; simplement par un mélange de bêtise, de paresse, de méconnaissance, de manque de temps pour travailler et de déontologie pour vérifier…

NB : La situation décrite ici n’est pas vraie de tous les spécialistes, de tous les experts. Mais elle est vrai de suffisamment d’entre eux pour que les autres soient noyés dans l’ensemble.

 

Bon, alors le Bitcoin c’est pas utilisé pour acheter des armes, de la drogue ou pour financer Daesh ?

Pour faire simple, non. Le Bitcoin peut, ponctuellement, servir de monnaie d’échange dans des opérations illégales, mais cela reste très marginal par rapport au trafic alimenté par l’argent classique.

En clair mamie, il m’est déjà arrivé qu’une personne dans la rue me propose d’acheter de l’herbe pour 15 €, jamais pour 0,0001 Bitcoin… Ni à moi, ni à une connaissance, ni à une connaissance de connaissance, et probablement pas à leurs connaissances non plus.

 

Et t’as dit que c’était pas intraçable c’est ça ? Pourtant dans les reportages ils disent tous qu’on peut pas tracer le Bitcoin.

Oui, tout le monde dit que le Bitcoin est intraçable, mais ce n’est absolument pas vrai. En fait, d’une certaine façon le Bitcoin est beaucoup plus traçable que l’argent normal.

Pour bien comprendre ça, il faut d’abord comprendre la notion de Blockchain. La blockchain, c’est une sorte d’immense livre de comptabilité virtuelle dans lequel sont enregistrées toutes les transactions en Bitcoin.

En fait, quand tu veux échanger des Bitcoins avec quelqu’un, par exemple contre de l’argent, il faut que le réseau Bitcoin sache au moins trois choses : Qui tu es ; Combien tu possèdes de Bitcoins ; À qui tu veux les envoyer.

Pour cela, le Bitcoin utilise la blockchain. En lisant toutes les transactions que tu as fait sur le réseau, on est capable de savoir combien tu as gagné de Bitcoins et combien tu en as dépensé. Donc, on sait combien tu en as. Et chaque utilisateur du réseau Bitcoin possède une adresse unique, qui permet de l’identifier sur le réseau. Un peu comme ta carte d’identité si tu veux.

Cela signifie donc que si Bob veut envoyer à Alice 5 Bitcoins, il devra inscrire dans ce grand livre virtuel « Moi Bob, je donne 5 Bitcoins à Alice ».

Et là où c’est génial, c’est que absolument tout le monde peut accéder à la blockchain, tout le monde peut lire ce grand livre comptable ! Et comme le Bitcoin est entièrement virtuel, c’est la seule façon de vraiment transférer des Bitcoins.

Donc non seulement il n’est pas possible d’échanger des Bitcoins de façon invisible, comme avec de l’argent « classique » liquide, mais en plus il est possible de savoir en permanence combien d’argent possède un compte et avec qui il en a échangé  contrairement au système bancaire classique où certains pays appliquent le secret bancaire. Donc d’une certaine façon, le Bitcoin est bien plus traçable que l’argent normal.

Si les gens pensent que le Bitcoin est intraçable, c’est parce-que l’échange se fait entre des adresses uniques, et pas des noms de personnes. Hors, théoriquement, il n’y a aucune vérification d’identité à la création d’une adresse Bitcoin. C’est à dire que n’importe qui peut créer une adresse sans avoir à prouver son identité. D’un point de vue théorique, il serait donc possible d’acheter ou de vendre des Bitcoins sans se faire connaître.

Seulement voilà, dans les faits, c’est plus compliqué que ça. Si tu veux achetez des Bitcoins, en ligne, il faudra bien à un moment où à un autre passer par une sorte de banque pour convertir ton argent classique en Bitcoin ou inversement, et là, presque impossible de le faire sans donner votre identité.

Alors bien-sur, il existe bien sûr des systèmes plus ou moins complexes pour « blanchir » des Bitcoins, mais exactement comme il existe des systèmes plus ou moins complexes pour « blanchir » de l’argent.

Encore une fois, on reproche beaucoup de choses au Bitcoin, sans vraiment comprendre, et surtout sans se rendre compte que la situation est en fait bien pire avec l’argent classique.

Pour faire simple, avec le Bitcoin, si on veux vraiment, on peut retracer l’argent.

 

C’est pas un peu une grosse arnaque tout ça ? C’est pas une pyramide ou un truc comme ça le Bitcoin ?

C’est vrai qu’il y a des gens opposés au Bitcoin qui disent que c’est une pyramide de Ponzi, une arnaque à la Madoff, ou d’autres trucs du genre. Et forcément, toujours pareil, comme ça fait peur ça fait de l’audience, on retrouve des articles alarmistes dans certains journaux, et quelques spécialistes du milieu en ont profité pour se faire un peu de pub en expliquant que le tout n’était qu’un système pyramidal.

Mais si on y pense deux minutes, le Bitcoin n’a rien à voir avec un système pyramidal. Il ne rémunère pas ses membres, ne se présente pas sous la forme d’une entité organisée, n’impose aucun billet d’entrée, ne propose pas de commissions aux personnes recrutant de nouveaux utilisateurs, ne cherche pas activement à recruter…

Par contre, c’est très clairement un marché qui ne repose sur rien de physique, donc qui est uniquement spéculatif.

Mais si le Bitcoin c’est totalement virtuel, en vrai ça vaut rien !

Non mamie, c’est beaucoup plus compliqué que ça. C’est pas parce que c’est virtuel que ça ne vaut rien. En réalité, le Bitcoin n’est pas si différent d’une monnaie classique.

Pour simplifier, d’un point de vue théorique, une monnaie d’état, tel que l’Euro ou le Dollars, sa valeur est garantie par le stock d’or de l’état (sauf qu’en vérité, cela n’est plus vrai du tout, notamment depuis la fin des accords de Bretton Woods). Donc si un acheteur, disons Bob, est d’accord pour « acheter » 1.00 € contre 1.17 $, c’est parce-qu’il sait que la Banque Centrale Européenne (qui est reconnue par les pays de l’UE) lui garantit qu’il est en fait entrain d’acheter 0.03 grammes d’or contre 0.03 autres grammes d’or.

Le Bitcoin, lui, sa valeur n’est pas garantie par le stock d’or de l’état, ni par une autre matière physique.

Donc si Bob achète 1 BTC (BTC c’est le symbole du Bitcoin) contre 17000 $, rien ne garantit la valeur du BTC. Donc au lieu de dépenser 423 grammes d’or pour acheter 423 autres grammes d’or, Bob dépense 423 grammes d’or pour acheter 1 Bitcoin, dont la valeur garantie est de 0 grammes d’or, mais dont la valeur d’échange est actuellement de 423 grammes d’or.

Parce que si effectivement le Bitcoin n’a pas de valeur réelle, il a en revanche une valeur spéculative.

Seulement mamie, la réalité elle est beaucoup plus complexe. La valeur d’une monnaie ne dépend plus du tout (ou presque) du stock d’or d’un pays, elle dépend surtout beaucoup de la confiance des investisseurs, des perspectives économiques de l’état, etc. Bref, exactement comme le Bitcoin !

Par exemple, mamie, si demain la Chine déclare la guerre aux USA, stock d’or ou non, les investisseurs se diront que les USA ne sont pas sûrs de gagner la guerre, que le gouvernement va s’effondrer, et qu’il ne sera pas capable de garantir le dollars ! Au final, ils vendront tous leurs dollars pour acheter une autre monnaie moins dangereuse, et la valeur du dollars plongera.

C’est un peu ce qui est arrivé au Rouble il y a quelques années, les investisseurs ont eu peur, ils ont tout vendu, et le prix du rouble s’est effondré !

Courbe du marché Rouble - Dollars de 2013 à 2017 et qui montre un effondrement en 2014.

À titre d’exemple, cette courbe montre comment le Rouble russe a subit une énorme crise de confiance en 2014 et comment son cours s’est effondré.

 

En vrai mamie, les monnaies sont toutes extrêmement virtuelles. le Bitcoin est simplement plus nouveau, moins régulé et donc plus sujet aux variations extrêmes.

D’ailleurs, c’est pas pour rien que beaucoup de traders spécialisés dans l’échange de devises monétaires (on appelel ça le Forex), tradent maintenant sur les cryptomonnaies et le Bitcoin, les deux marchés se ressemblent énormément.

 

Mais si c’est virtuel, ça veut dire que tout le monde peut en créer !

Encore une fois, c’est plus compliqué que ça. Oui, contrairement à l’Euro ou au Dollars, le Bitcoin ne correspond pas à un stock d’or, et n’est pas garanti par l’état. Pourtant, on ne peut pas dire que c’est « juste virtuel ».

On ne peut pas juste créer des Bitcoins comme ça, sortis de nul part. Pour « créer » des nouveaux Bitcoins, dans le milieu on parle de « miner » des Bitcoins, il faut d’abord valider une transaction, c’est à dire trouver la solution de toute la série de calculs très complexes qui servent à sécuriser les transactions. C’est la preuve de calcul dont je t’ai parlé tout à l’heure.

Par ailleurs, quand on valide une transaction, ça ne crée qu’un nombre limité de Bitcoins, et à terme, on ne peut pas générer autant de Bitcoins que l’on veut, il y en a seulement un nombre limité, 21 millions, et répartis dans le temps (il va y en avoir de moins en moins).

Du coup, d’une certaine façon, le Bitcoin correspond bien à quelque chose de physique, l’énergie et le matériel nécessaires pour faire tous ces calculs.

Donc pour créer du Bitcoin, il faut d’abord investir de l’argent !

 

Mais les gens disent que ça risque d’exploser, que c’est très instable.

Alors là mamie, c’est effectivement le risque. Comme le Bitcoin est totalement dépendant de l’offre et de la demande et sans aucun système de régulation, il peut effectivement se révéler très instable. Et c’est encore plus vrai pour les autres cryptomonnaies. Comme le volume de transaction des Altcoins est plus faible que celui du Bitcoin, elles sont beaucoup plus sensibles aux effets de panique sur les marchés, mais aussi aux hausses spectaculaires.

Mais il faut bien comprendre une chose mamie, ce n’est pas spécifique au Bitcoin, c’est vrai dans tous les marchés financiers. Le cas du rouble de tout à l’heure est un bon exemple, mais celui des startup à la fin des années 90 aussi, etc.

Par contre, le Bitcoin a un énorme avantage par rapport aux investissements « classiques », c’est qu’il n’y a pas de montant minimum d’investissement (ou alors très bas, genre 10€). Du coup, tu peux commencer à investir dans le Bitcoin sans prendre de risque. Et comme il est très instable, ça signifie qu’il peut tomber très vite, mais aussi monter très vite. Donc il est quand même possible de faire de beaux profits même avec un investissement de base assez faible.

Tu sais, il existe une règle dès que l’on veut investir en bourse : N’investissez pas d’argent que vous n’êtes pas prêt à perdre.

 

Donc c’est un peu comme la bourse, on peut tout perdre, ou on peut gagner beaucoup, c’est ça ?

Voilà, exactement. De toute façon, en matière de placement financier, si tu peux gagner beaucoup, c’est que le risque est fort, il n’y a pas de recette miracle.

Mais, il y a quand même une différence, c’est que tu peux investir de petits montants dans le Bitcoin, et ça en bourse c’est pas possible.

 

Mais si le Bitcoin, c’est légal, que ça vaut vraiment de l’argent, tu dois payer des impôts dessus ?
Petite précision, je ne suis pas fiscaliste. C’est MA réponse à MA grand mère, au mieux de mes connaissances. Ces informations ne remplace absolument pas l’avis d’un professionnel de la fiscalité.

Bah oui et non, c’est un peu plus complexe, mais pas très compliqué.

Bon, tu te souviens de l’arrêté de la Cour de Justice de l’Union Européenne ? Dedans ça dit que « [Le Bitcoin] ne saurait, […] être regardé ni comme un compte courant ni comme un dépôt de fonds« .

Ça veut dire que le Bitcoin n’est pas considéré comme un livret d’épargne ou une action. En gros, c’est ni du patrimoine immobilier, ni patrimoine mobilier. Donc si tu as des Bitcoins, tu n’as pas a le déclarer dans ta déclaration de patrimoine, et par exemple ça ne compte pas dans l’impôt sur la fortune (encore que maintenant ça a disparu).

Edit: Le Bitcoin semble néanmoins rentrer en compte dans le calcul de l’ISF. Comme un compte bancaire (malgré l’avis rendu par la Cour de Justice de l’UE). À vérifier donc en cas de doutes.

En plus, comme le Bitcoin n’a pas de cours légal, aux yeux de la loi il n’a pas de valeur réelle, donc il n’est pas imposable. Sinon, ils ne sauraient même pas comment calculer l’impôt…

En revanche, les bénéfices liés à la vente de vos Bitcoins, eux, ils sont faciles à calculer, ils ont une valeur en monnaie réelle. Donc, ils sont imposables.

Doit y avoir un truc sur le Bitcoin dans les textes sur les bénéfices non commerciaux… Voilà, c’est ça, c’est cet article qui régit la question de l’imposition du Bitcoin dans un cadre non professionnel.

 

Je comprend pas, si j’achète du Bitcoin, je dois le déclarer ou non ?

Bah ton Bitcoin, non, tes bénéfices, oui…

Mouais… ça a pas l’air clair pour toi là… Bon attend, je vais te donner quelques exemples :

  • Si tu achètes 1 Bitcoin pour 1000 €, que le prix monte et qu’après un mois ton Bitcoin vaux 2000 €, si tu le gardes sous forme de Bitcoin, tu n’auras rien à déclarer ni à payer.
  • Si tu achètes 1 Bitcoin pour 1000 €, que le prix monte et qu’après un mois ton Bitcoin vaux 2000 €, si tu le revends pour 2000 €, tu devras déclarer un bénéfice non commercial de 1000 €.
  • Si tu achètes 1 Bitcoin pour 1000 €, que le prix monte et qu’après un mois ton Bitcoin vaux 2000 €, si tu l’utilises pour acheter 2000 € des tes immondes biscuits Chamonix, bah tu devras aussi déclarer un bénéfice non commercial de 1000€.
  • Si tu achète  1 Bitcoin pour 1000 €, que le prix descend et qu’après un mois ton Bitcoin vaut 500€, si tu le revends pour 500€… Bah je sais pas tiens… Tu payeras rien, ça c’est sûr, et je pense que t’as pas a déclarer de perte, t’es pas une entreprise, ça sert à rien. À la limite, tu peux faire marrer ton contrôleur des impôts… C’est pas mal, ils rient pas souvent ces gens la tu sais…

 

Que peut-on faire avec du Bitcoin ?

Bon, mais au final ça sert à quoi le Bitcoin ? Qu’est-ce que je peux en faire ? Je peux acheter des trucs avec ?

Ah, ça c’est une bonne question !

J’aimerais bien te dire que tu peux acheter des choses en Bitcoins, et c’est vrai que théoriquement, tu peux. Il y a des applications pour payer en Bitcoin, des entreprises qui cherchent à créer des cartes bancaires pour payer directement en FIAT (les monnaies d’états, genre Euros ou Dollars), et d’autres trucs dans le genre. Mais honnêtement, c’est pas encore très pratique et le Bitcoin n’est pas la cryptomonnaie la plus adaptée pour ça.

En fait, aujourd’hui le Bitcoin, c’est un peu comme l’or. Pour l’usage quotidien, c’est pas super pratique, tu vas pas acheter ton pain avec, mais pour le trading ou pour placer ton argent, c’est très bien.

Pour moi, aujourd’hui avec le Bitcoin tu peux surtout faire du trading, ou investir.

Comment ça faire du trading ?

Oui, aujourd’hui ça représente la majeure partie des flux financiers impliquant des cryptomonnaies.

Puisque le Bitcoin est à la fois virtuel, non régulé et que son prix est déterminé uniquement par l’offre et la demande, c’est un marché très volatile, on en a parlé tout à l’heure, et qui dit marché volatile, dit potentiellement très gros risques mais aussi très gros bénéfices. Du coup, plutôt que d’investir en bourse, de plus en plus de gens préfèrent trader des cryptomonnaies.

 

Mais comment ça marche ?

Bah un peu comme en bourse, on essaie d’acheter les bonnes actions au bon moment.

Je t’ai dit qu’il existe d’autres cryptomonnaies que le Bitcoin, les Altcoins. Ces cryptomonnaies, il en existe des dizaines et leurs cours peuvent varier énormément d’une monnaie à l’autre.

Pour la plupart ces cryptomonnaies sont  indexées sur le Bitcoin. Par exemple, on va dire que 1 Éthéreum (symbole ETH) vaut 0,051 Bitcoin (symbole BTC).

Capture d'écran d'une courbe de trading.

Comme ça, c’est un peu incompréhensible, mais en prenant le temps de se renseigner, on arrive à saisir les bases.

 

Donc pour les traders de cryptomonnaies, le but c’est d’essayer de savoir quelles monnaies vont très rapidement prendre de la valeur, pour les acheter avant que le prix monte et les revendre au plus haut.

Pour ça, ils utilisent des sites qu’on appelle des Exchanges, et qui permettent à leurs utilisateurs d’échanger différentes crypto-monnaies entre eux. Un peu comme une banque quoi.

Donc si tu veux trader des cryptomonnaie, tu achètes des Bitcoins sur un exchange contre de l’Euros (ou alors tu transferts des Bitcoins que tu as déjà sur l’exchange), et tu utilises tes Bitcoins pour acheter d’autres cryptomonnaies dont tu penses que la valeur va grimper.

 

Non merci, moi la bourse ça me dit rien… Et sinon tu disais qu’on pouvait aussi investir dans le Bitcoin ? C’est comme investir dans un livret A ?

T’as raison, le trading c’est compliqué… Mais en revanche, oui, on peut investir dans le Bitcoin, pour épargner.

C’est le plus adapté au grand public (donc à toi). Ça présente moins de risques que le trading, ça demande beaucoup moins de temps, et c’est beaucoup plus simple.

C’est un peu comme de placer son argent sur un Livret A en effet. Sauf que l’idée, c’est que plutôt que de placer son argent sur un livret A ou sur un autre placement avec une rentabilité faible, on va plutôt acheter des Bitcoins en espérant que le prix va monter très fortement.

Alors les bénéfices sont potentiellement beaucoup plus importants que sur un livret d’épargne classique, mais par contre ton investissement n’est pas garanti.

 

C’est à dire ?

C’est à dire que, si tu investis 1000 € dans un Livret A, tu sais que tu gagneras très peu d’argent, presque rien, à peine de quoi compenser l’inflation. Par contre, la banque et l’état t’assurent que tu toucheras 0.75% de bénéfice chaque année, et donc que tu ne perdras jamais d’argent.

Si à la place tu investis 1000 € dans le Bitcoin, si tu l’achètes pendant une petite baisse, tu as d’assez grandes chances de faire 10% à 100% de bénéfices chaque année. Donc pour le coup, tu fais vraiment de très gros bénéfices. Par contre, ni l’état ni la banque ne te garantissent quoi que ce soit. Ça veut dire que si le cours du Bitcoin s’effondre et que tu n’as pas vendu assez tôt, tu peux perdre de l’argent.

 

Donc c’est quand même plus dangereux qu’un Livret A ?

Ah oui, sans aucun doute, mais c’est aussi sacrément plus rentable !

C’est toujours la même chose, il ne faut investir que l’argent qui n’est pas indispensable. C’est pas comme un livret A, il ne faut pas mettre toutes ses économies dessus.

Ça remplace pas, ça vient compléter.

 

Comment acheter du Bitcoin ? Quelle plateforme (exchange) choisir ?

Bon, et si je veux acheter des Bitcoins moi, comment je fais ? Je vais à la banque ? Dans un magasin ?

Haha, théoriquement c’est possible, à Paris il y a une boutique qui vend des Bitcoins sur des espèces de bornes ! Mais non, si tu veux acheter des Bitcoins c’est pas comme ça que ça se passe.

Tu te rappelles que je t’ai dit qu’il existait des plateformes qu’on appelle des Exchanges pour échanger des crypto-monnaies ? Bah certaines de ces plateformes permettent d’échanger (donc d’acheter en fait), des Bitcoins contre des Euros. Du coup, tu vas pas à la banque, tu vas voir un exchange.

Donc si tu veux acheter des Bitcoins, en fait c’est assez simple, il suffit que tu fasses ça :

  1. Tu va sur le site internet d’un Exchange qui accepte les Euros et tu t’inscris dessus.
  2. Tu fais valider ton compte (pour ça tu devras probablement envoyer une photo de toi et une photo de ta carte d’identité). C’est très important de faire valider ton compte ! Sinon ton argent peut rester bloqué sur l’exchange. Donc il faut absolument le valider avant d’envoyer de l’argent !
  3. Tu fais un virement bancaire depuis ton compte en banque vers le compte bancaire de l’exchange. Tu lis bien la procédure détaillée par ton exchange, généralement il faut indiquer un numéro de client dans le libellé de ton virement, ou quelque chose du genre. Fais attention à ne pas te tromper…
  4. Une fois le virement passé, tu pourras échanger les euros envoyés sur l’exchange contre des Bitcoins !

Et comment je sais quel Exchange il faut choisir ? Ils risquent pas de partir avec mon argent ?
Petite précision, pour que ce soit clair, ce blog est affilié sur ces différentes plateformes, c’est notre modèle économique, c’est comme ça que nous faisons vivre le site.

Pour autant, nous restons honnêtes, et nous ne cherchons pas à mettre davantage en avant une plateforme parce qu’elle serait plus rentable économiquement. Nous conseillons vraiment les plateformes en fonction de notre ressenti et de leur qualité.

Très bonne question. Effectivement, comme le marché du Bitcoin est encore assez jeune et très peu régulé, il est très important de choisir des plateforme fiables, et toutes ne se valent pas.

Dans le passé, il est effectivement arrivé qu’un exchange, Mt. Gox, parte avec l’argent de ses clients. En fait, on ne sait pas trop s’ils sont partis avec l’argent ou s’ils se sont fait pirater, toujours est-il que la plateforme n’était pas fiable et que ça a mal tourné.

Moi j’ai pu essayer quelques exchanges, et j’ai eu l’occasion d’entendre parler de beaucoup d’autres ! Du coup, voilà ceux que je peux te conseiller.

Dans tous les cas, il faut toujours privilégier les Exchanges basés dans des pays démocratiques et qui possèdent une législation claire (il faut éviter la Russie, la Chine, etc.).

Coinbase

Coinbase est un des plus gros Exchanges qui supporte ce que l’on appelle les FIAT, c’est à dire les monnaies d’état.

Pour moi, Coinbase est aujourd’hui un des Exchange les plus simples à utiliser, et l’un des plus sécurisés.

Les plus :

Les moins :

  • Un peu plus cher que la concurrence
  • Pas très adapté au traiding

Pour moi, Coinbase c’est la plateforme la plus adaptée pour les utilisateurs qui veulent investir dans le Bitcoin pour épargner.

La plateforme est un peu plus chère que ses concurrents, mais on parle d’une différence de l’ordre de 1%, donc à moins d’investir énormément d’argent, c’est pas très important.

Surtout, la plateforme assure une très bonne sécurité des Bitcoins de ses clients en cas de piratage de la plateforme, aussi bien au niveau technique que légal.
En plus, Coinbase est basée à San Francisco, en Californie, et est donc soumise à la loi Américaine, très stricte sur le sujet. Donc on est sur qu’ils ne partiront pas avec l’argent !

Pour toutes ces raisons, je pense que Coinbase est la plateforme la plus sécurisé et la plus adaptée aux débutants.

Si vous souhaitez créer un compte chez Coinbase, il vous suffit de vous rendre sur leur site, en cliquant ici, ou sur le bouton ci-dessous.

Voir le site de Coinbase

HitBTC

HitBTC est une assez grosse plateforme avec un volume de transactions d’environ 500 millions de dollars par jour. Ce n’est pas forcément la meilleure, mais elle propose quelques fonctionnalités assez intéressantes.

Les plus :

  • Frais de transactions très correctes
  • Obligé de valider son compte avant de pouvoir transférer de l’argent dessus (donc vous êtes sûr de ne pas faire d’erreur)
  • Basé en Angleterre (Londres)
  • Adapté au trading
  • Propose un mode « test » pour pouvoir apprendre et comprendre comment fonctionne la plateforme sans dépenser d’argent.

Les moins :

  • Pas la plus simple a utiliser
  • Pas en français

HitBTC est une plateforme tout à fait correcte. Ce n’est pas la plus simple à utiliser, mais pour moi son mode « Démo » est un gros point positif.

Le mode démo est un mode vous permettant de trader « pour de faux », vous allez donc pouvoir tester vos stratégies, essayer de comprendre comment fonctionne le trading et la plateforme, le tout sans réellement investir d’argent. Clairement, c’est une fonctionnalité assez rare et vraiment très bien pour les débutants !

HitBTC a aussi l’avantage d’être basée à Londres, ce qui assure une certaine sécurité juridique. La plateforme a cependant déjà subit un piratage début 2015, mais aucun fond d’utilisateur n’a été volé et la sécurité semble s’être bien améliorée depuis.

Enfin, HitBTC est assez adaptée au trading, supporte beaucoup de crypto-monnaies et propose des frais de transactions tout à fait corrects.

Si vous souhaitez créer un compte chez HitBTC, il vous suffit de vous rendre sur leur site, en cliquant ici, ou sur le bouton ci-dessous.

Voir le site de HitBTC

kraken

Kraken est une assez grosse plateforme, principalement utilisée pour acheter du Bitcoin, et un peu aussi pour faire du traiding. C’est une plateforme historiquement très réputée, mais qui rencontre pas mal de problèmes de performances ces derniers temps.

Les plus :

  • Interface assez simple
  • Possibilité de faire du traiding
  • Basée aux USA (San Francisco)
  • Frais assez bas

Les moins :

  • Serveurs très instables (ces derniers temps le site est souvent inaccessible)
  • Pas en français

Kraken c’était une de mes plateformes préférée, et le support était assez bon. Mais honnêtement, la qualité de service s’est tellement dégradé ces derniers temps que je ne l’utilise absolument plus. C’est simple, on arrive à se connecter qu’une fois sur deux, et encore…

D’après moi, Kraken reste d’avantage adaptée aux personnes qui souhaitent faire du trading qu’aux personnes qui veulent simplement acheter du Bitcoin pour épargner (je leur conseillerais plutôt coinbase.com).

En raison des problèmes actuels de disponibilité des services, je ne recommande pas l’utilisation de Kraken aux débutants pour le moment. Je mettrai cet article à jour si les choses s’améliorent suffisamment.

Si vous souhaitez créer un compte chez Kraken, il vous suffit de vous rendre sur leur site, en cliquant ici, ou sur le bouton ci-dessous.

Voir le site de Kraken

 

Combien investir dans le Bitcoin, et combien ça rapporte ?

Bon, et toi t’as investi combien dans le Bitcoin, et combien t’as gagné ?

Alors moi mamie, j’ai investi 500 € dans le Bitcoin vers Juin, et c’est une somme qui me semble assez adaptée pour débuter, parce que c’est une somme à la fois assez importante pour faire des bénéfices un peu sympas, et suffisamment réduite pour ne pas être trop embêter en cas de pertes.

Aujourd’hui, 6 mois plus tard, le Bitcoin m’a rapporté un peu plus de 600€, c’est à dire que j’ai récupéré mes 500 € d’investissement et gagné 600€ de plus.

Mais honnêtement, je me suis débrouillé comme un manche. Mes bénéfices auraient pu être largement supérieurs (de l’ordre de 3000€) si je m’étais contenté de suivre mon plan originel, à savoir épargner le Bitcoin sans faire de trading.

Mais bon, tu me connais, je suis taquin et j’ai voulu courir avant de savoir marcher… La bonne nouvelle, c’est que ça me permet de te donner un conseil : au début, n’essaie pas de trader, investi simplement et apprend doucement…

Si tu veux mon avis, investir dans le Bitcoin c’est une bonne idée, mais il faut rester raisonnable. Mettre 500€, 1000 € si ton train de vie te le permet, mais n’investit surtout pas d’argent dont tu as besoin. Et surtout, tu suis ton plan, t’essaie pas de trader trop vite, prend le temps de bien comprendre les mécanismes avant, ne revends pas à la première petite baisse.

Bon, bah mamie, je crois que je t’ai tout expliqué sur le Bitcoin là… La prochaine fois je t’expliquerai les Altcoins !

 

Conclusion

Voilà comment je me suis retrouvé à expliquer le Bitcoin à ma grand-mère et un peu à toute ma famille…

J’espère que cet article vous aura permis à vous aussi de mieux comprendre le Bitcoin, d’aller plus loin que l’image de base brossée dans les reportages. De comprendre en quoi le Bitcoin est à la fois nouveau, porteur non seulement d’innovations technologiques, mais aussi de questions politiques et philosophiques, et pourtant par bien des aspects, pas si différent du système économique classique.

J’écrirai bientôt une suite à cet article (enfin bientôt, je vais d’abord profiter un peu des vacances de Noël si ça vous dérange pas), pour parler des autres crypto-monnaies, de l’écosystème qui existe autour du Bitcoin, et du trading de crypto-monnaies.

En attendant, n’hésitez pas à partager cet article, sur les réseaux sociaux ou sur vos propres sites web. N’hésitez pas à en parler autour de vous, à parler du Bitcoin, et pourquoi pas des idées qu’il porte et à en débattre, et surtout, si une personne vous demande ce qu’est le Bitcoin, n’hésitez pas à la renvoyer vers cet article. Ça, ce serait vraiment un chouette cadeau de Noël !

 

Partager
Newsletter
Auteur :
Raspbian France
Rejoignez la communauté Raspberry Pi
Un ordinateur à 35€ déjà vendu à 10 millions d'exemplaires
ACHETEZ LA NOUVELLE RASPBERRY PI 3
Tutoriels en rapport
Installer un media-center avec OSMC sur votre Raspberry Pi ! RaspiSMS 2.0, envoyer des SMS par internet avec la Raspberry Pi Bien choisir vos accessoires pour les Raspberry Pi 3 et 2 Envoyer, gérer et recevoir des SMS avec la Raspberry Pi Installer un serveur web sur votre Raspberry (Apache + PHP + MySQL)
25 commentaires
Besoin d'aide ? Vous la trouverez plus vite sur notre forum.
  1. olivier dit :

    Merci pour cet article , j y ai appris beaucoup de choses…je ne sais pas si je vais investir n’étant pas très joueur mais je trouve le sujet très intéressant. Joyeuses fêtes de noël

  2. fidoboulettes dit :

    Vraiment très chouettes explications… merci pour la vulgarisation

  3. Dominique Desmottes dit :

    OUF, merci pour cet exposé que je cherche depuis si longtemps afin de me faire une idée assez précise sur le sujet et bien sur sans me référer aux pignoufs télévisuels…

    Merci encore…

  4. Hubert dit :

    Très bon article mais il manque un chapitre important sur l’impact écologique …

    1. C’est vrai que le Bitcoin n’est pas très « vert », mais en même temps rien dans l’industrie informatique ne l’est… En revanche il existe des initiatives, comme curecoin, qui visent à rendre la preuve de calcul vraiment utile.
      Mais en vrai, je suis pas sur que le Bitcoin pollue tellement plus que l’argent normal (entre les systèmes infos classiques, l’impression des billets/pieces, l’extraction de l’or, etc.).

      1. Shazen dit :

        Effectivement il faudrait comparer avec « l’argent normal »
        https://www.youtube.com/watch?v=uZxxaeAONEk

        1. Merci beaucoup pour cet excellent point, je regarde ça en détail demain matin et j’ajoute rapidement un paragraphe pour parler de l’aspect écologique du Bitcoin.

  5. Marc dit :

    Excellent article à mon humple avis.
    Merci pour ces explications

  6. Grummfy dit :

    Intéressant , juste une rectification. Cela fait longtemps que les monnaies physique sont tout autant virtuel que les cryptomonaie

    https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89talon-or

    1. Yep, on avait simplifié, mais du coup on a précisé un peu plus ! Merci de ton retour.

  7. Matou dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord merci pour cet article qui fût fort intéressant à lire. J’ai vu que vous pensiez faire d’autres articles sur le sujet, pensez-vous parler plus en détail du minage de bitcoin ou autres altcoins ?
    Bonne fête !

    1. Salut,
      oui nous ferons dans quelques temps un article dédié au minage de crypto-monnaies avec la Raspberry Pi. Mais il va nous falloir un peu de temps !

  8. gde dit :

    Énorme article. Je conçois l’énorme travail qui a été accompli pour rédiger l’article. Toutefois, je lis :

    « Pour simplifier, d’un point de vue théorique, une monnaie d’état, tel que l’Euro ou le Dollars, sa valeur est garantie par le stock d’or de l’état »

    Et je me suis arrêté après car c’est tellement simplifié que c’est complètement faux. La convertibilité de la monnaie avec l’or est fini depuis les années 70 avec la fin des accords Bretton-Woods. Les monnaies « flottent ». Bref, ça ne change pas trop du bitcoin si ce n’est qu’il y a un/des État(s) et banque centrales derrière pour tenter de stabiliser.
    S’il n’y a pas d’agent qui stabilise la monnaie, la valeur par en cacahouètes… comme bitcoin 🙂

    1. Bah justement, je t’encourage à lire ce qui est écrit après, c’est exactement ce que dit l’article ! Néanmoins, je vais améliorer ça de ce pas pour que ce soit plus clair.

      1. gde dit :

        Sur la suite, ça reste un peu ambigu quand même. Je reprend la phrase suivante :

        « La valeur d’une monnaie ne dépend plus (seulement) du stock d’or d’un pays, elle dépend surtout beaucoup de la confiance des investisseurs, des perspectives économiques de l’état, etc. Bref, exactement comme le Bitcoin ! »

        Alors certes, la valeur dépend beaucoup de la confiance, mais au final ça ne change pas tant que ça même si une monnaie était indexée sur l’or d’une manière quelconque : il faut toujours avoir une confiance en elle. Le mark des années 20 était indexée sur le prix de l’or en dollars, ça ne l’a pas empêché de s’effondrer.
        Bref, pour être claire il vaudrait mieux dire que la valeur d’une monnaie ne dépend plus *du tout* au stock d’or (c’est pas bien de mentir à mamie 😉 ).

        J’arrête de faire mon relou. Bon article sinon !

        1. Si on veux être vraiment précis, le stock d’or joue quand même un rôle puisqu’il constitue potentiellement une solution d’épargne et de repli pour l’état, qui lui permet d’assurer sa stabilité (le problème de la finance, c’est que dès qu’on tire sur un bout de ficelle, on se retrouve avec la pelote :/). Mais ok, je met ça à jour !

  9. m dit :

    J’ai lu jusqu’au bout ….pour le plaisir.
    Pour l’info, je savais un peu déjà tout ça parce que j’ai demandé à ma mamie au préalable.
    Ma mamie qui est une véloce du virtuel de la virtualité bien avancée. Elle voit des coins coins partout, ma mamie. Elle m’appelle encore « mon canard ». A mon âge !

  10. Gérald dit :

    Un tout grand merci pour cet excellent article découlant d’un gros travail de recherches. Sujet hyper technique très bien vulgarisé pour la compréhension de tous. Excellente nouvelle année.

  11. Laurie dit :

    Bonjour,
    Super article vraiment!!
    Vous pensez quoi du bitconnect ?
    Merciiii

    1. Salut,
      Je ne me suis pas pencher de près sur ce projet mais de ce que j’ai vue, ça à l’air d’être une belle arnaque, un très belle pyramide de Ponzi.

  12. gwado dit :

    Ce qui me choque (et je pèse mes mots) avec les explications du Bitcoin et des crypto-monnaies sur les sites de Libre (ailleurs on peut s’en douter), c’est que si c’est bien expliqué, il y a (presque) toujours un intérêt derrière chaque article : faire monter le cour !

    A titre personnel, je trouve ça malhonnête : se servir des valeurs (de base) du Bitcoin, expliquer « comment ça marche » pour au final inciter les gens à investir leur argent personnel (via un « investir en 5 minutes pour les nuls »), ce qui n’a strictement plus rien à voir avec le Libre mais avec de l’investissement financier !

    Et dans l’investissement financier, pardon, mais vous êtes aussi crédible que les experts de BFM sur le Bitcoin.

    1. Alors là absolument pas ! Nous possédons effectivement un intérêt financier (l’affiliation) et nous le déclarons TRÈS clairement dans l’article.
      En revanche, nous n’espérons absolument pas faire monter le Bitcoin (de toutes façons, il faudrait pour cela pouvoir investir je pense au moins une dizaine de millions d’euros). À la limite, une opération de ce type pourrait se faire sur une petite crypto monnaie, mais c’est tout.

      Pour être parfaitement transparent, à titre personnel ma situation vis-à-vis du Bitcoin fait que j’espère très fortement son effondrement.

      Par ailleurs, notre tutoriel parle du fonctionnement du Bitcoin, des préjugés qui peuvent circuler autour, mais nous ne donnons pas de conseils de trading particuliers. Tout au plus, nous donnons notre avis sur la question, qui est le suivant : Investir dans le Bitcoin, nous on pense que c’est une bonne idée, mais il faut rester raisonnables

  13. Tama dit :

    Merci pour cette article.

    Petite précision :
    1 Satoshi = 0.00000001 btc = 1 cent millionième de bitcoin

    1. Bien vu ! Je met ça à jour. J’ai beau revérifier à chaque fois, je fini toujours par rajouter ou supprimer une virgule au satoshi…

      1. Kuentz dit :

        Bonjour et bravo pour cet article, digne d’être envoyé chez les « experts médiatiques » qui semble peu maîtriser, mais surtout mélanger, sans approfondir, tout les aspects de cette cryptomonnaie .

        Au sujet de la question écologique et pour rester dans le cadre du raspberry pi, l’architecture peer to peer permet justement de répartir les charges de calculs, plus il y a de pi, plus les charges de calculs sont dispatchées. Plus besoin de datacenters énergivores, dans le meilleur des mondes 🙂

        Bonne et heureuse année à Raspbian France !

Partager
Inscription à la Newsletter
Inscrivez-vous à la Newsletter.
Vous avez aimé cet article ?
Inscrivez-vous et restez informé !